Géolocalisation : Google suit les déplacements en dépit des paramètres

Géolocalisation : Google suit les déplacements en dépit des paramètres

Des réglages opaques et un brin trompeurs

D'après une enquête de l'Associated Press, désactiver l'historique des positions au sein d'un compte Google n'empêche pas le géant du Net d'enregistrer la géolocalisation de l'utilisateur de façon régulière. Il faut en fait décocher une autre option de suivi pour que les trajets et visites ne soient plus utilisés à des fins de ciblage publicitaire.

Depuis plusieurs années, Google propose aux mobinautes un service d'historique des positions. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un outil qui recense tous les points où l'utilisateur a été géolocalisé (peu importe pour quelle raison et par quelle technologie) afin de retracer ses allées et venues sur une carte. Ce service peut être désactivé sur un appareil précis ou de manière générale au sein du compte Google associé. Dans le second cas, il suffit pour cela de se rendre sur le portail de gestion du compte (myaccount.google.com/activitycontrols) et de désactiver sans autre forme de procès l'option "Historique des positions".

Le cas échéant, Google demande confirmation au moyen d'un pop-up d'apparence anodine. "La mise en veille de l'historique des positions peut limiter ou désactiver la personnalisation de l'expérience utilisateur sur les services Google", prévient la firme. "Par exemple, vous ne verrez peut-être plus des recommandations basées sur les lieux où vous vous êtes rendu ou des conseils sur votre trajet domicile-travail." Il faut baisser le regard et potentiellement scroller un peu, toutefois, pour arriver à l'information la plus intéressante : "D'autres services Google, comme la recherche et Maps, peuvent enregistrer certaines données de localisation dans le cadre de votre activité". La désactivation de l'historique des positions, contrairement à ce que l'utilisateur pourrait penser, n'empêche donc pas le suivi de ses pérégrinations quotidiennes — elle supprime simplement l'accès à la carte de ces déplacements.

Deux leviers pour fermer une vanne

Avec l'aide d'un chercheur de l'université de Princeton, Associated Press a pu confirmer que Google continuait à collecter des données de géolocalisation après désactivation de l'historique des positions. Pour l'agence de presse, il y a là un véritable problème de confidentialité : en jouant d'une terminologie contre-intuitive, Google s'assure que les utilisateurs ne le privent pas de données fort utiles pour son ciblage publicitaire. Le géant, de son côté, voit bien sûr les choses d'un tout autre œil. Sollicité, il a d'abord rappelé que la géolocalisation contribuait à l'expérience utilisateur à travers plusieurs services avant de souligner qu'il estimait "fournir des descriptions claires de ces outils ainsi que des commandes solides pour que les gens puissent les activer ou les désactiver, ou bien effacer leur historique à tout moment"...

Lire la suite